Nivernais

Les paysages du canal du nivernais sont une merveille qu’il faut découvrir en circulant sur le chemin de halage qui longe le canal. Il faut prévoir au moins deux jours pour parcourir les 130 Km de ce canal. L’idéal est de se laisser porté par son vélo électrique qui vous permettra de profiter de cette belle nature qui le borde et de respirer à pleins poumons…

Mais si vous n’avez qu’une journée pour vous lancer dans cette aventure, vous pourrez partir de Clamecy et terminer à Chatillon-En-Bazois.

De Clamecy à Corbigny

Les falaises du cirque d’Armes conduisent aux carrières de Chevroches, ensuite au puissant donjon de Cuncy. Là, en amont d’Asnois, on aborde un second détour pour se hisser en direction du bourg féodal de Tannay, groupé aux alentours de sa collégiale gothique. Dans la fraicheur des caves reposent de précieux flacons, fruits des plantations viticoles existant à partir du XIIIe siècle.

L’infrastructure du canal du Nivernais

Une autre particularité du canal du Nivernais réside dans ses quinze ponts mobiles, semblables à ceux de Dirol et Combres. Les berges sont tour à tour maintenues par des plantations d’aulnes, de frênes, de peupliers, de platanes ou d’acacias. Une autre côte passant aux environs de la tuilerie de la chapelle de Sarre en fonction à partir du 18ème siècle, donne la possibilité de basculer dans la cuvette de l’Anguison. Ici se niche la paisible ville de Corbigny, étape du pèlerinage en direction de Saint-Jacques-de-Compostelle.

De Corbigny à l’étang de Baye

Sur les traces de Jules Renard, l’auteur de Poil de Carotte, on dévale à vélo électrique en direction des tours rondes du grand château de Chitry-les-Mines. Un peu partout, la robe blanche des troupeaux de Charolais contraste avec le vert des prés, de la même manière que devant le château rectangulaire de la Chaise. 2 Km après la carrière de Picampoix, voici les spectaculaires échelles de Sardy-lès-Epiry. C’est une série de seize écluses pour rattraper une dénivellation de 41 m. Numérotées, décorées et fleuries, se succèdent d’attachantes demeures éclusières.

Des travaux titanesques

II a fallu de longues années de labeur pour trancher le terrain et façonner les voûtes de la Colancelle, 3 tunnels successifs de 212, 268 et 758 m de longueur. Sur la modeste chaussée sylvestre qui passe par-dessus, on aperçoit les cheminées d’aération. Dans la descente, contemplez les étangs de Baye et de Vaux, grands réservoirs du canal et refuges de grandes quantité de sortes d’oiseaux, tels le martin-pêcheur ou le héron cendré.

À voir obligatoirement… L’abbaye Saint-Léonard, à Corbigny

Ce grand monastère bénédictin a été bâti au 18ème siècle sur l’emplacement d’un ancien sanctuaire. Désormais dévolu à la culture, avec un important pôle de création et d’animations, il accueille des spectacles, des expositions, des œuvres d’art et des plasticiens résidents.

De l’étang de Baye à Chatillon-En-Bazois

Quittant la base nautique, la dernière partie de notre parcours à vélo pénètre dans le Bazois, un univers bocager ponctué de quelques arbres fruitiers. Après le bourg de Bazolles, l’escalier de Chavance, avec son quintet d’écluses, dégringole de 11 m. Sur votre horizon gauche se déploient les forêts du massif du Morvan. Du pont-canal de l’Aron, 2 courbes prononcées vous dirigent jusqu’au pont de Châtillon-en-Bazois. Idéalement située entre Nevers et Château-Chinon, cette séduisante localité s’enorgueillit d’un splendide château ceinturé de remarquables jardins.